Non au diktat de la minceur!

Je suis stupéfaite de voir à quel point la femme est hypersexualisée dans les médias, mais surtout de voir que ces femmes sur papier glacé ne correspondent pas à la réalité de toutes les femmes du monde. Elles sont toutes très minces voire maigres grâce à Photoshop et des régimes drastiques. La mise en avant de ces femmes comme canons de la beauté provoque soit l’exclusion de la majorité des femmes, ce qui ferait des mannequins l’élite de la gent féminine et poussent la majorité des femmes à avoir un sérieux problème avec leur balance. Ce qui en découle est qu’elles se mettent en danger pour s’y conformer. J’ai été dans ces deux cas de figures à la fois. J’étais désireuse d’être mince et faire partie des standards de la beauté internationaux. Mais tout cela m’a menée tout droit dans le gouffre du mal être, raison pour laquelle aujourd’hui je fais certes attention à mon alimentation pour ma santé et j’adopte une bonne hygiène de vie mais je lâche prise et j’apprends à aimer mon corps imparfait.

LE FASTING, UNE BONNE IDÉE

Suite à des problèmes de santé et une grosse déprime qui s’en est suivie, j’ai pris plus de 20 kilos. Je n’étais plus bien dans ma peau, j’essayais de maigrir, mais dès la plus petite contrariété, je mangeais. De même, dès lors qu’une occasion festive se présentait, j’avais un bon coup de fourchette. Certains devaient se dire:”Laurence, je préfère l’avoir en photo qu’à table”. Blague à part, en tous les cas, j’avais une surcharge pondérale et dans mon esprit, je ne pensais pas pouvoir retrouver une IMC normale. Mais un jour de Décembre est arrivé et j’ai eu un déclic. Celui de manger équilibré et pratiquer le jeûne intermittent (le fasting). J’ai perdu la moitié de mon poids. Et quand je parle de manger équilibré, c’est manger de tout à quantité modérée.

UN TRAVAIL D’ÉQUILIBRE SUR LE LONG TERME

Aujourd’hui, j’ai une IMC normale, et je ne veux plus faire de régime, et je me fais plaisir régulièrement.

Je n’ai qu’une seule règle, j’écoute mon corps et ma sensation de satiété quand je mange. J’avoue que ce n’est pas facile tous les jours, surtout quand on est invité, ou bien si on est face à un plat délicieux. De plus, je suis dans une démarche nouvelle, c’est-à-dire accepter mes imperfections et aimer mon corps quoi qu’il advienne. Maintenant j’écoute mes envies et cesse de manger quand je n’ai plus faim. Cela me permet d’avoir un poids stable et un meilleur mental. Le remodelage de mon corps je l’envisage sur le long terme et sans doute qu’en prenant mon temps, j’arriverai à mon poids de forme. Cela étant dit, manger ce que l’on veut ne signifie pas de manger pizzas et burgers matin, midi et soir. Les calories vides n’apportent rien au corps, si ce n’est qu’en excès ils provoquent des maladies cardio-vasculaires et cancers, donc les amis mangez de tout ce qui est bon pour l’organisme. La qualité des aliments joue aussi son rôle sur la balance.

JE NE ME PRIVE PLUS MAIS GARDE UNE BONNE HYGIENE DE VIE

J’apprends à découvrir des légumes délicieux que j’incorpore à mes recettes quotidiennes. Concrètement, mes assiettes sont composées d’un tiers de légumes, un tiers de féculents complets au possible et un tiers de viande. Je ne bois pas de soda, sauf cas exceptionnel de sorties entre amis. De même, je fais du sport en douceur, et je bois de l’eau, rien que de l’eau. Par ailleurs, je marche. En d’autres termes, au lieu de faire un régime restrictif avec des aliments tabous, je mange ce qui me plaît, ce qui est bon pour moi et à ma faim, elle se régule de jour en jour.

Enfin, je pense positivement, c’est à dire que je programme mon subconscient à vivre dans la joie, en faisant ce que j’aime, comme vous écrire. Je laisse de côté la culpabilisation quand je fais des excès et je m’accepte comme la nature m’a conçue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *